La jeunesse djiboutienne désespérait de voir sa chaîne nationale devenir plus attrayante. Politique, culture, sport, information, tout s’y trouvait sauf du divertissement « branché ». La RTD n’avait pas encore joué toutes ses cartes !
En mai 2014, à l’occasion de son 60ème anniversaire, la radio-télévision de Djibouti

a décidé de redonner un nouveau souffle à sa grille de programmes. Finies les successions de journaux télévisés interminables de 2h30 et les émissions culturelles en langues nationales somalis et afar. La RTD ne jure plus désormais que par la téléréalité !  Les jeunes sont en effet la cible de ces nouveaux programme comme l’explique le directeur général de la chaine : « Nous avons remarqué que beaucoup de jeune ne se retrouvaient guère dans notre chaîne ». Ainsi, ont débarqué sur nos écrans la Nouvelle star et Koh Lanta revisités, pour donner Jeunes talents et Holl-Holl Challenge.

Jeunes talents, une émission à la gloire du patrimoine culturel national
Jeunes talents permet à de jeunes chanteurs en herbe d’évoluer pendant 3 mois dans la sphère privilégiée artistico-médiatique Djiboutienne, le tout ponctué d’épreuves éliminatoires. Mais en plus de dénicher les nouvelles stars de la chanson djiboutienne, cette émission réconcilie assurément le public avec la culture nationale. 300 candidats sont dans un premier temps reçus et triés sur le volet pour retenir 8 gagnants au terme d’une longue sélection: 2 filles somalis et 2 garçons somalis, 2 filles afars et 2 garçons afars. Ils sont soumis à un vote populaire par SMS. Le jury est également composé d’artistes des deux communautés linguistiques, chacun étant libre de s’exprimer dans sa langue. Cette mixité culturelle appelle à une véritable cohésion nationale : avant d’être issas ou afar, ils sont avant tout djiboutiens !

Toujours est-il qu’une fois  le concours remporté, ils suivent tous pendant un mois un entraînement intensif de gestuelles, mimiques théâtrales, et surtout de chants et danses folkloriques  issas et afar. Le but étant de les lancer sur la scène musicale le plus tôt possible. Le dédain de la jeunesse pour le folklore national n’est décidément pas passé inaperçu. Le message est clair : le rôle d’un artiste est de faire vivre son patrimoine culturel. La fin de cette session d’entraînement est ponctuée par un énorme concert à l’esplanade du Palais du peuple, où les jeunes devront déployer tout leur savoir-faire. D’autant plus que l’élite politique est conviée. Et bien évidemment, ils signent un contrat avec le label de production de la RTD, le seul du pays d’ailleurs.

affiche telerealite Affiche de présentation de Jeunes talents   @assajog.com  

Holl- Holl challenge ou la  passion contagieuse du patriotisme

Le programme Holl-Holl Challenge a pour objectif de réveiller  la fibre patriotique des djiboutiens. Comme son nom l’indique, l’émission est tournée à l’école militaire de Holl-Holl à une cinquantaine de kilomètre de la capitale. 12 jeunes gens ayant échoué de peu au test d’aptitude militaire forment 2 équipes et s’affrontent dans différentes épreuves. L’équipe gagnante remportera un engagement au service de la patrie. La réalisation de Holl-Holl Challenge a coûté 50 millions FDJ (près de 250 000 euros) et la RTD a dû faire appel à des sponsors, tel que Djibouti Télécom, pour débloquer ces fonds. La chaine a également mobilisé 150 personnes exclusivement pour ces émissions, sur les 220 employés de la chaîne. De même que la diffusion en direct a été une vraie nouveauté, cela a été possible grâce au matériel de tournage sophistiqué offert par la coopération chinoise. Mais d’après le directeur des programmes, « la plus grande difficulté a été de recruter des musiciens capables d’assurer du début à la fin l’animation musicale ». « Nous avons donc relevé le défi »  annonce t-il triomphalement.

Des programmes qui virent à l’obsession. 
Avec environ 80% de la population qui suit  Jeunes talents et un pic de 30 000 SMS par émission, la RTD a battu tous ses records d’audience.  Les djiboutiens se sont passionnés pendant 3 mois pour les tribulations artistiques des jeunes chanteurs délaissant ainsi les télénovelas traduites en arabe des chaînes concurrentes. En plus de cela, les sempiternelles tensions entre le pouvoir et l’opposition se sont adoucies n’ayant plus de public pour suivre leurs déclarations. Cependant il y a un revers de la médaille assez néfaste quant à cette passion dévorante.

Chanteuse

 Deka Hassan sur le plateau de Jeunes talents @capture youtube.com

Intervention de la police

La candidate Deka Issa Douhour se fait éliminer par le juré Abayazid en demi-finale, lui reprochant son statut d’étudiante, alors même que les votes lui étaient favorables. Les téléspectateurs, outrés par cette injustice et voyant par là une stratégie commerciale de la RTD ont créé une véritable émeute devant le domicile du juré à quartier 7 avec l’intention de lui faire regretter son choix. Le lynchage a été évité grâce à la police et Deka a été réintégrée au concours.  Malgré ces petits désagréments, la chaîne n’a pas attendu  la nouvelle année pour nous proposer la 2nd édition. Elle a débuté en septembre, et il semble que l’engouement des Djiboutiens soit toujours le même !

 

Marwa Abdourahman 1erES

 

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksNewsvineTechnoratiLinkedinPinterest