Dans le courant du mois d’avril paraîtra le second numéro de Mercurius, journal élaboré et rédigé par les latinistes du Lycée Kessel sous la conduite de Mme Abdi-Joly.
Ce mensuel est publié en version numérique (sur le site du LFD « Langues et cultures de l’antiquité »). Une version imprimée est également envisagée.

Des exemplaires seront déposés au CDI et dans la salle des professeurs.

L’enjeu est dcouverture prese montrer, contrairement aux idées reçues, que le latin n’est pas une langue morte mais une langue mère qui, comme le grec d’ailleurs, a formé le terreau qui a permis à la langue française mais pas seulement de se renouveler et de s’enrichir au fil des siècles. Aussi l’enseignement des lettres et cultures de l’antiquité permet-il de mieux comprendre le monde contemporain que vient éclairer l’héritage gréco-romain.
L’intérêt porté à la rédaction de ce mensuel, à l’image de l’enseignement des langues et cultures de l’antiquité, est qu’elle exige la rigueur, encourage la critique, développe la compréhension du monde, la langue et approfondit la conscience linguistique. Autant d’exigences auxquelles se sont soumis et se soumettent encore nos latinistes méritants.
Ce travail a permis également de développer chez les élèves le travail en autonomie, l’utilisation du numérique grâce aux recherches internet et au logiciel de traitement de texte et d’accéder au monde de la presse.
Dans ce premier numéro, vous trouverez diverses rubriques créées à l’initiative des élèves eux-mêmes. Certaines se veulent être pédagogiques, linguistiques et culturelles : scientia, astrologia, de civitatis vita, ou portent sur des sujets d’actualité. D’autres philosophiques et littéraires, invitant à une réflexion humaniste : proverbia et litterae artes. D’autres plus ludiques : de culinae arte, ludi.
Toutes mes félicitations aux latinistes qui ont accepté ce projet avec enthousiasme et le conduisent avec beaucoup de sérieux et d’implication.
Enfin la lecture de ce journal doit éveiller les consciences en ce sens où celles-ci doivent lutter contre les stéréotypes idéologiques qui soutiennent que l’enseignement des langues et cultures de l’antiquité est réservé à une élite ou à une catégorie sociale. Cet enseignement accueille tous les élèves volontaires, motivés et désireux de découvrir l’héritage gréco-romain qui leur permettra une meilleure compréhension du monde contemporain et un véritable enrichissement lexical et linguistique.
Bonne lecture à toutes et à tous.


Mme ABDI-JOLY, professeure de Langue et Culture de l’Antiquité.

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksNewsvineTechnoratiLinkedinPinterest